Qu’est ce que c’est que ce truc de mytho ? Pour qui tu te prends ?

Etre un virtuose, c’est déja accepter ces remarques que les gens frustrés vont te lancer à la gueule parce qu’il n’ont jamais relevés d’autres gants que celui de cracher sur ceux qui essaient de contruire des choses par eux même . Je suis un virtuose, à ma façon, car chacun a sa façon d’exceller !

 

enfant fenêtre

L’essentiel étant de tendre à l’excellence.

Quand j’étais gosse, je dessinais tout le temps, mais j’avais aussi un avis sur tout et tout le temps, j’étais révolté. Dans ma chambre, je dessinais, je chantais (à tue-tête), et je faisais des spectacles devant des milliers de spectateurs imaginaires à qui je criais des grandes vérités pleines d’émotions, les poings serrés vers le ciel !

J’étais artiste en puissance, car l’artiste n’est pas un « porte-esthétique », c’est un « porte-message ». Et le virtuose est un artiste.

Ma définition de l’artiste est celle-ci :

C’est le garant du lien entre l’intimité de chaque individu et l’espèce humaine.

L'artiste

Ma définition du virtuose :

C’est un artiste qui tend à maitriser ce phénomène de manière consciente.

Je travaille à cela, et ce n’est plus du domaine de l’art mais de la « poésie»… c’est à dire de la création pure.

Mais, Loïc, qu’est-ce que « la création pure » ? Me demanderez-vous avez vos yeux humidifiés par tant d’arrogance vocabularistique (non ce mot n’existe pas)… Hé bien chers amis, pour moi, car oui, vous l’aurez compris, le virtuose, tout comme JCVD, invente des concepts :

La création pure, c’est ce qu’un créateur fait jaillir de l’inconscient collectif (qui est en chacun de nous, au plus profond de notre inconscient).

L'oeil

Mais avant de pouvoir même concevoir cela, il faut travailler à comprendre les représentations : quelles sont les cordes sensibles que fait vibrer telle image, telle couleur… Pourquoi untel utilise un gros trait noir et un autres les lumières ? Quelles sont les émotions dégagées par une forme, un trait, une maladresse, voire même l’observation de la nature, et pourquoi ?

Pour comprendre tout ça (je vous rassure, je n’ai pas encore tout compris 😉 ), j’ai dessiné et j’ai lu plein de philosophes, j’ai vécu en cherchant à comprendre ce qui se cache derrière chaque apparence… Pourquoi ce garçon est-il agressif ? Pourquoi dit-on que ce chien est moche ? Pourquoi me ment on ? Pourquoi assène t-on des postulats comme des vérités (c’est d’actualité 😉 )?

 

J’ai toujours tout analysé… Et du coup, j’ai fini moi-même, à 19 ans, en psychanalyse (et j’y suis resté environ 9 ans).

 

Et j’ai créé mon premier projet de Bd professionnel que je suis allé vendre aux éditeurs… Je me suis fait envoyé balader pendant 2 ans.

anahire 1

J’ai signé mon premier album chez Delcourt à 22 ans en 1995. Un style très dark graphiquement, un livre entièrement peint à la gouache.

J’ai publié 4 albums de cette série, puis j’ai inventé la première série concept multi auteurs : La transgénèse, aux humanoïdes associés (derrière moi, tout le monde a fait ça, et aujourd’hui c’est la recette « bankable » de la BD franco-Belge). Mais franchement, j’en avais rien à branler.

L'ancêtre programmé

Non moi ce qui me portait c’était de comprendre… Pourquoi les gens aiment ça et pas ça, pourquoi ça c’est beau et ça c’est moche ? Et je voulais tout maîtriser. Car pour moi, fondamentalement, rien n’est beau, rien n’est moche, tout est « sens ». J’ai donc publié plein de bouquins dans plein de styles différents pour tout explorer, pour affronter toutes les épreuves graphiques… J’ai fait ça (en 2002) :

La mémoire du Bamboo

Et puis ça ensuite…

Du plomb pour les garces

Bref plein de bouquins, avec à chaque fois un nouveau défit… Et j’ai fini par publier “Apocalypse”, un album entièrement peint à l’acrylique et qui était hyper réaliste. J’ai mis deux ans à faire ce livre qui constituait pour moi un aboutissement technique… Cette BD a été un gros flop commercial, mais pour moi, j’avais atteint mon but technique. Après ça, je n’avais plus qu’à dessiner librement, la technique n’étais plus un problème (et elle ne le sera plus jamais). Voici quelques extraits d’Apocalypse.

Après ce travail, j’avais tout gagné techniquement, et tout perdu… Je n’avais plus de but. Je ne savais plus pourquoi je dessinais. J’étais arrivé en haut d’une montagne qui ne m’intéressait pas. J’ai donc commencé à m’écouter… A chercher ce que je voulais dire, et non plus à comprendre les autres.

J’ai donc totalement déconstruit l’esthétique et la forme de mon travail, pour trouver le noyau… Pour ce faire j’ai inventé un style, que j’ai nommé « dessin en puissance ». Proche de la ligne claire d’Hergé, mais plus radical encore, car j’ai vu beaucoup d’incohérences dans le travail d’Hergé qui était sans doute juste un “vendu” ;).

Le dessin en puissance est un dessin constitué d’un trait épais de contours (car le trait de contour est la délimitation spatiale d’un objet, et plus c’est large, plus l’interprétation du spectateur est libre) et des zones de couleurs en à plat pour donner la teinte de l’objet. Exemples :

Puis je suis allé voir les éditeurs avec ce  travail, et il faut croire que j’ai un certain sens de la persuasion, car ils m’ont signé des contrats… Enfin, deux albums… Qui n’ont pas marché. Mais peu importe, j’ai publié « Congo-Océan », qui est un de mes meilleurs albums je trouve et qui m’a valu une belle reconnaissance du monde de la BD.

congo-océan

C’est juste après ça que je me suis mis au tatouage, et que j’ai pris mes distances avec le monde de la BD… Mais entre temps, j’ai bossé dans le cinéma, la pub télé… Mais c’est une autre histoire…

En tous cas, la virtuosité, c’est après être allé en haut de sa montagne et de s’en foutre totalement, car c’est seulement là que le travail commence.

A suivre…

Loïc Malnati.

Partager ce post :

S’abonner
Me notifier
guest
4 Commentaires
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Prentout virginie
Prentout virginie
6 mois

👍👍👍

Aurore
Aurore
6 mois

Enfin quelqu’un que j’aime lire je ne laisse jamais un de tes mots derrière… Peut être que je me revoie un peu en cours de philo à travers toi… Tu me donnes toujours à réfléchir et ça c’est bien sympa… Tu es un virtuose et moi je pense qu’il faut une certaine dose de psychanalyse pour arriver à affirmer cela… J’admire

Bailleul
Bailleul
6 mois

Bravo et respect ne pas lâcher ce que l on aime depuis l enfance jusqu a aujourd’hui malgré toutes les claques et critiques . Voir de où l on vient et ce que l on est devenu aujourd hui en temps qu artiste je dis chapeau.
Hâte de voir le ou les chapitres sur le tatouage idem pour les toiles.

Fred
Fred
6 mois

Putain, c’est bon de te lire !!! “On top,non stop” j’aime